rencontre adulte
Publié le 31 Août 2015 à 12h24 - 921 clics

Mon été avec une cougar, hot hot hot

Ça fait déjà quelques semaines, mais je me rappelle comme si c’était hier. Depuis toujours j'ai toujours faire la rencontre d’une femme mûre, je fantasme régulièrement sur les femmes âgées de ma cité, mais je n’ai jamais eu le courage d’abordé une. Pour arriver à mes fins, j’ai finalement décidé de faire recourt à un site de rencontre où j'ai posté une annonce pour me dénicher une cougar que je ne connaissais ni d’Adam, ni de EVE. Sans vous le cacher, je suis timide de nature, donc ce n’est pas facile pour moi de dire ce que je pense facilement surtout lorsque je me retrouve en compagnie d’une inconnue qui à l’âge de ma mère.

Un premier rendez-vous chez ma cougar

Depuis notre premier contact jusqu’au jour où je l’ai rencontré, tout s’est passé vomme sur des roulettes, je l’ai contacté et on a échangé pendant des jours. Jusqu’avant notre rencontre, cet été me paraissait nul, mais pourtant au bout d’une semaine de conversation avec la rombière je commençais à m’y plaire. Excitée à l’idée de me rencontrer, la libidineuses a voulu découvrir le jeune libertin qui sommeillait en moi. Elle m’a donc invité à prendre un pot chez elle dans le 15ème, heureusement pour moi qu’elle habite seule. J’étais timide en arrivant à son appartement, mais elle m’a mis à l’aise en m‘offrant une bière, puis une autre jusqu’à ce que j’ai les idées un peu plus claires.

Ma salope de service une vraie gourmande

Celle qui m’effrayais et qui créait le doute en moi n’était en réalité qu’une vraie chaudasse en manque de bite. Après une conversation assez cochonne elle s’est rendue dans sa chambre, s’est portée une lingerie sexy à faire tomber et s’est livrée à une exhibition chaude avant de me tomber dessus pour me gober la teub et l’enfoncer dans sa moule brûlante dans la position du chevauchement classique. J’ai passé une journée inoubliable en compagnie de la mature et chaque fois que je ressentais l'envie de me la faire je me rendais chez elle, jusqu’au jour où elle m’a avoué qu’elle était mariée et que son époux ne devait pas tarder à rentrer de ses vacances.

Laissez votre commentaire à propos de cet article